Le cannabis à travers des personnages célèbres

Loin de l’image stéréotypée du consommateur de cannabis paresseux et isolé des autres du fait de sa consommation qui est née lors de la Guerre contre les drogues, de nombreuses personnes célèbres ont consommé du cannabis. La guerre contre les drogues a commencé lorsque les Etats-Unis ont entrepris une diabolisation du cannabis et ont cherché à mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour interdire sa culture, sa vente ainsi que sa consommation. Alors qu’auparavant le cannabis était considéré comme un produit relaxant et stimulant la créativité, il est progressivement devenu un produit avilissant. Cependant, depuis les années 1960, la consommation de cannabis connaît un regain, notamment grâce au mouvement hippie et un peu plus tard, au chanteur reggae Bob Marley.

guerre contre les drogues

Un certain nombre de personnages célèbres ont consommé du cannabis au cours de leur vie, des personnages influents et qui ont eu beaucoup de responsabilités. D’autres se sont servis ingénieusement du cannabis dans un but médical comme le premier personnage que nous allons voir ensemble, Jésus Christ

jésus

 

Nous commençons en fanfare cette rétrospective avec le personnage surement le plus connu de cette liste chronologie: Jésus Christ (-7 ou -5 avant notre ère jusqu’à environ 30 après notre ère). Si sa présence peut vous paraître incongrue c’est probablement parce que vous l’imaginez en train de se rouler des joints ce qui s’éloigne de la réalité. Jésus-Christ et ses apôtres utilisaient une huile d’onction qui contenait du kaneh-bosem, identifié aujourd’hui comme un extrait de cannabis. De plus, l’huile n’était pas le seul produit à contenir du cannabis: l’encens utilisée pendant les cérémonies contenait lui aussi un extrait de cannabis.

 

L’huile était employée afin de guérir toutes sortes de maladies ou de douleurs: douleurs menstruelles, problèmes oculaires, épilepsie.

 

hua tuo

 

Hua Tuo (140-208) était un chirurgien Chinois et le premier médecin à utiliser le cannabis comme analgésique. Il se serait ainsi servi du cannabis comme d’un anesthésiant pendant une chirurgie: Hua Tuo broyait le cannabis en poudre et le mélangeait avec du vin avant de le donner au patient. Cette concoction était appelée mafeisan. Des chercheurs suggèrent que la « potion magique » de Hua Tuo avait pu également comprendre du  haschich ou de l’opium.

Il est par ailleurs intéressant de noter que le mot chinois pour anesthésie est « mázui » qui signifie « intoxication au cannabis ».

De plus, les médecins Chinois utilisaient toutes les parties de la plante de cannabis comme les racines, les feuilles ainsi que son huile pour soigner la constipation, la chute de cheveux, les caillots et même le ver solitaire.

Hua Tuo était aussi connu pour ses talents en acupuncture, en moxibustion.

 

shakespeare

Nous faisons ensuite un bond dans le temps pour retrouver le dramaturge William Shakespeare (1564-1616). Un chercheur sud-Africain du nom de Francis Thackeray est persuadé que Shakespeare écrivait sous l’influence du cannabis ainsi que d’autres substances. En effet, dans le jardin de sa maison de Stratford-Upon-Avon ont été retrouvées  quelques pipes à tabac dans lesquelles on a décelé des traces de cannabis et de cocaïne.

Or, dans son oeuvre, Shakespeare laisse entendre qu’il consomme certaines herbes: dans Sonnet 76, Shakespeare écrit « Why with the time do I not glance aside To new-found methods and to compounds strange?». Ce terme « compounds strange » que l’on pourrait traduire en « composés étranges », pourrait faire référence au tabac fumé à l’époque qui est bien différente du notre aujourd’hui. En effet, il était composé d’un mélange d’herbes provenant d’Amérique, comme par exemple des feuilles de coca ou encore du cannabis.

En 2011, Francis Thackeray souhaitait ouvrir le tombeau de Shakespeare afin de procéder à une analyse de sa dentition afin de savoir s’il fumait réellement du cannabis,  un projet qui n’a pas abouti. Sur le tombeau de Shakespeare (d’ailleurs on ne sait pas si c’est véritablement son corps qui y repose) est inscrit « Bénit soit celui qui épargnera ces pierres, et maudit soit celui violant mon ossuaire », de quoi décourager ceux voulant le profaner. Le mystère reste donc entier.

g washignton

Georges Washington (1732-1799), le premier président des Etats-Unis (1789-1797) était  également un des planteurs les plus riches grâce à son domaine de Mount Vernon (Virginie). Il n’y cultivait pas de simples plantes mais, du cannabis. Il cultivait notamment pour la fibre du cannabis qui est excellente pour fabriquer des cordages et même des vêtements dû à sa résistance. Georges Washington semblait très intéressé par cette plante comme en témoigne le journal qu’il tenait sur sa ferme dans lequel il consigne tout un tas de choses sur la culture des plants de cannabis. Par exemple, il écrit l’importance de planter les graines dans le meilleur sol possible et aussi de les planter au bon moment. Il fait également des expériences en séparant les plants mâles des plants femelles afin d’augmenter les effets psychoactifs de la plante.

 

Thomas Jefferson

Thomas Jefferson (1743-1826), pour ceux qui l’ignorent, a été le troisième président des Etats-Unis de 1801 à 1809 et fut également un des pères fondateurs. Si l’on sait que Thomas Jefferson cultivait du cannabis, nous n’avons aucune preuve qu’il était un consommateur régulier. Cependant, nous savons, d’après un livre où il consignait des astuces sur la culture du cannabis, qu’il le cultivait à des fins récréatives.

Il a également déclaré: « Le chanvre est une matière de première nécessité pour la richesse et la protection de notre pays. » (de l’anglais « Hemp is of first necessity to the wealth & protection of the country. »)

Lorsqu’il était gouverneur de l’Etat de Virgine (1879-1881), il permis d’utiliser le cannabis comme monnaie lorsque les caisses de l’Etat étaient vides.

 

théophile gautier

 

Le romancier et poète Théophile Gautier (1811-1872) à qui nous devons Eaux et Camées (1852) était un consommateur de cannabis. Il le fumait dans un but récréatif. En 1844, il décide de créer avec le médecin Jacques-Joseph Moreau le « Club des Haschichins ». Les membres du club, principalement des scientifiques, hommes de lettres et artistes français, se réunissaient tous les mois chez le peintre Joseph Ferdinand Boissard de Boisdenier dans l’hôtel de Lauzon/Pimodan sur l’île Saint-Louis. On peut y retrouver des personnages célèbres comme Eugène Delacroix, Charles Baudelaire, Alexandre Dumas, Gérard de Nerval. Ensembles et sous la surveillance de Moreau, ils testent principalement du Haschich (résine de cannabis) et de l’opium. Leur activité prend fin en 1849. Baudelaire raconte dans un essai appelé Les paradis artificiels en 1860 certaines des réunions du club.

 

 

reine victoria

 

La Reine Victoria (1819-1901), reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande de de 1837 à sa mort, consommait du cannabis. En effet, William Brooke O’Shaughnessy lui en prescrivit afin de soulager ses douleurs menstruelles. Elle l’anoblit par la suite pour ses travaux sur le cannabis notamment. Une revue scientifique britannique de l’époque, appelée « The Lancet », écrivait dans ses pages que « « lorsqu’il est pur et qu’il est soigneusement administré, le cannabis est l’un des médicaments les plus précieux que nous possédons ».

 

 

b obama

 

Barack Obama (1961-), 44ème président des Etats-Unis (2009-2017) a déclaré en janvier 2014 « Comme cela a été révélé, j’ai fumé de l’herbe lorsque j’étais enfant et je considère cela comme une mauvaise habitude et un vice, pas très différent de celui des cigarettes que j’ai fumées lorsque j’étais jeune et jusqu’à un âge avancé de mon existence d’adulte. Je ne pense pas que ce soit plus dangereux que l’alcool. » au The New Yorker.

Lorsque les Etats du Colorado et de Washington ont pris la décision de légaliser le cannabis à usage médical et récréatif, Barack Obama a salué cette décision.

 

snoop dogg

 

Le rappeur Snoop Dogg (1971-) est un consommateur régulier de cannabis et il ne s’en est jamais caché que ce soit sur son compte Instagram ou dans ses clips. Le rappeur a carrément lancé sa propre marque de cannabis appelée « Leafs by Snoop Dogg » ainsi qu’une gamme de vaporisateurs en collaboration avec Greenco.

 

 

A travers les différents personnages que nous avons abordé, nous avons pu voir que le cannabis intrigue les Hommes depuis très longtemps que ce soit pour son usage médical ou pour son usage récréatif.

 

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

 

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici ici

Leave a Comment