Marinol: un médicament controversé

marinol-medicament-cannabisQu’est-ce que le Marinol?

Les malades français peuvent se voir prescrire du Marinol (THC synthétique) via une Autorisation Temporaire d’Utilisation (ATU) nominative et à renouveler à chaque prescription. La complexité de l’ordonnance fait que seules 90 personnes (sur 300 demandeurs) en ont bénéficié, pour soulager leurs nausées liées à des chimiothérapies, traiter des glaucomes ou stimuler l’appétit. Il est soumis a des règles très strictes puisque seul un médecin hospitalier peut en faire la demande auprès de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament). Il doit également justifier que les traitements classiques ont été essayés mais se sont avérés inefficaces. Le médicament est livré sous forme de capsules à consommer par voie orale à des doses de 2,5 mg, 5mg ou encore 10mg. A son lancement en 1980, il était utilisé pour traiter les symptômes provoqués par le SIDA. De nos jours, il est prescrit pour traiter les nausées associées à la chimiothérapie des cancers, pour stimuler l’appétit (dans le cas de troubles alimentaires dont l’anorexie), pour traiter le glaucome, les troubles de comportement, de l’humeur et de l’anorexie chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, pour les douleurs chroniques causées par les troubles du mouvement, dont la sclérose en plaque et la dystonie.

Pourquoi ce médicament est-il sujet à des controverses ?

A son lancement, le médicament était en Classe II, puis il a été reclassé en Classe III alors qu’aux Etats-Unis et dans la plupart des autres pays du monde il reste une substance de Classe I. Le médicament Marinol est sujet à de nombreuses controverses. En effet, les patients qui l’ont utilisés affirment que le médicament ne fonctionne pas ou qu’il est beaucoup trop puissant et qu’il est difficile de modérer ses effets. Les personnes qui souffrent de nausées se plaignent notamment de douleurs à l’estomac. Les recherches récentes sur le THC et les cannabinoïdes en général ont tendance à confirmer les doutes qui planent sur le médicament car il a été prouvé que les cannabinoïdes fonctionnent en synergie. De plus, le médicament ne contient pas de CBD alors que c’est une molécule largement utilisée dans le monde thérapeutique, ni d’autres cannabinoïdes ou terpènes. Les effets secondaires suite à la prise de ce médicament sont nombreux et plus ou moins dangereux: vision floue ou autre anomalie visuelle, maladresse ou instabilité, étourdissement, somnolence, sécheresse de la bouche, un faux sentiment de bien-être, angoisse, pensées étranges ou inhabituelles,  rougeur au visage, nausée, agitation, difficulté à réfléchir, faiblesse ou fatigue inaccoutumée, vomissement. Encore d’autres effets secondaires plus dangereux peuvent être ressentis dans certains cas.

o-medicinal-cannabis-facebookUne solution alternative:

De ce fait, les patients préfèrent parfois se tourner vers un traitement qui utilise la plante entière. En effet, les patients peuvent mieux contrôler le dosage car même avec le Marinol 2,5mg, la dose est encore trop élevée et provoque des effets indésirables. Il peut provoquer des maux d’estomac, ce qui empire l’état des patients nauséeux au lieu de l’améliorer. Le Marinol ne contient pas d’autres cannabinoïdes alors que des recherches prouvent que le CBD permet de contrôler les effets indésirables provoqués par le THC et qu’il interagit avec le THC de nombreuses façons bénéfiques. Les effets indésirables de ce médicament sont inévitables puisqu’il n’existe qu’un seul médicament Marinol alors que les plantes de cannabis sont disponibles dans de nombreuses variétés. Les études actuellement menées sur l’utilisation de la plante entière à des fins médicales pourraient remettre en question l’utilisation de Marinol. Cependant les patients sont tout de même forcés à consommer ce médicament puisqu’il est pris en charge par l’assurance maladie alors que les plantes entières de cannabis sont illégales. Les patients se voient donc prescrire du Marinol car ils n’ont pas encore d’autres solutions. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’approfondir les recherches concernant les cannabinoïdes et essayer de mettre au point des médicaments qui pourraient être utilisés dans le traitement de maladies qui restent difficiles à soigner ou à soulager.

 

 

 

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

 

Pour plus d’informations, cliquez ici, ici, ici, ici, ici.

Leave a Comment