Origines de la cigarette électronique

C’est à l’Américain Joseph Robinson que nous devons l’idée originale de qui deviendra la cigarette électronique. En effet, il dépose en 1927 un brevet sur son invention qu’il appelle « Electric Vaporizer » (soit Vaporisateur Electrique) qui est approuvé. Trois ans plus tard, son brevet est publié dans le « Bureau américain des brevets et des marques de commerce ».

Joseph Robinson voulait grâce à cet appareil être en mesure de vaporiser des composants médicaux comme des plantes grâce à une chauffe électrique. Pas de batterie dans cet appareil, pour marcher il devait être relié à une source électrique. Cette invention devait être également un moyen de pouvoir vaporiser à travers un dispositif individuel, personnel et hygiénique. Ce qui est resté de cette invention est le principe du système de chauffe.

Joseph robinson prototype

Prototype du vaporisateur électrique

herbert a gilbert

L’invention de Herbert A. Gilbert (photos à gauche) se présente comme une alternative à la cigarette: un produit plus sain et qui n’est pas dangereux. En 1963, il dépose un brevet pour sa « Cigarette sans fumée et sans tabac » qui est publié en 1965 dans le « Bureau américain des brevets et des marques de commerce ». L’invention d’Herbert A. Gilbert se rapproche beaucoup de ce que nous connaissons aujourd’hui: une cigarette sans tabac ni papier qui produit un air chaud qui peut être aromatisé. Cette fausse cigarette fonctionne assez simplement: de l’air chaud traverse une cartouche dans laquelle on retrouve un arôme, il n’y a plus qu’à inspirer et expirer.

Cependant, en raison des moyens technologiques de l’époque et malgré l’engouement de plusieurs investisseurs, Herbert A. Gilbert est dans l’incapacité de réaliser un prototype acceptable, le projet n’aboutit pas et il est abandonné.

Selon Herbert A. Gilbert, dans une interview qu’il a donnée en 2014, il serait le père de la cigarette électronique moderne car « D’après ce que j’ai pu voir jusqu’à aujourd’hui, il n’y a pas de cigarette électronique qui ne suive pas les principes élementaires définis dans mon brevet original. »

De son invention, on a retenu la possibilité d’ajouter des arômes à la matière qui est chauffée.

1er prototype e-cig

En 1999, Stephane Marc Vlachos, un ingénieur français résidant aux Etats-Unis depuis 1997 a l’idée d’une cigarette électronique. Cette idée lui vient alors qu’il recherche des alternatives pour arrêter de fumer des cigarettes mais qu’il veut continuer à « fumer » sans avoir les effets nocifs sur sa santé. Il réalise en 2001 son premier prototype dans lequel il utilise une batterie au lithium qui sert à chauffer une résistance électrique en contact avec du coton. A l’époque, il imagine aussi d’autres versions comme une pipe, un cigare ou un inhalateur pour drogues, ainsi qu’un autre moyen de chauffer la vapeur en utilisant du butane. Il choisit de ne pas déposer de brevet pour être juste avec Herbert A. Gilbert qui avait déjà tenté auparavant de construire un prototype similaire.

Quoi qu’il en soit, Stephane Marc Vlachos teste son invention sur lui-même et entre 2001 et 2002, il arrive à totalement arrêter de fumer. L’expérience est donc un franc succès. Il décide d’appeler son invention la « cigarette électronique » et invente également le terme « e-liquide ». Cependant, il n’est pas reconnu comme l’inventeur de la cigarette électronique alors qu’il est le premier à avoir l’idée d’utiliser une batterie et une mèche/bourre pour retenir le liquide, choses sans lesquelles la cigarette électronique que nous connaissons aujourd’hui n’existe pas. Il prétend que son invention a été volée par l’oncle Chinois d’une étudiante qui fréquentait la même université que lui. Stephane Marc Vlachos essaye toujours de faire reconnaître la paternité de son invention.

 

hon lik

 

Le nom que l’Histoire a retenu comme inventeur de la cigarette électronique, c’est celui de Hon Lik. Selon lui, l’idée lui est venue d’un cauchemar qu’il avait fait en 2000 mais ce n’est qu’en 2003 que cet ancien pharmacien et ingénieur chinois commence à travailler sur son projet de « Cigarette sans fumée à pulvérisation électronique ». En créant cette cigarette, il voulait obtenir un instrument reproduisant l’acte de fumer (tant au niveau de la gestuelle qu’au niveau de la fumée émise) et produisant une fumée nettement moins nocive pour la santé comparé à une cigarette classique. Il n’y a pas de combustion de la nicotine (la combustion est ce qui libère les produits toxiques comme le goudron et le monoxyde de carbone), le système est basé sur un effet de nébulisation par ultrason. Sa cigarette est composée d’une batterie, d’une carte électronique capable de détecter l’aspiration et qui déclenche à la suite la chauffe de la résistance électrique. Le liquide (qui contient de la nicotine) est pulvérisé sur l’atomiseur.

Elle a été commercialisée en 2004 en Chine par  l’entreprise Golden Dragon Holdings. Un raccourci du au fait qu’il est le premier à commercialiser un produit de ce genre lui donne la paternité de la cigarette électronique officieusement. C’est en 2005 qu’Hon Lik dépose le brevet de sa « cigarette sans fumée à pulvérisation électronique » au « Bureau américain des brevets et des marques de commerce ». Il devient officiellement le père de la cigarette électronique moderne. Les seules innovations qu’On Lik rajoute aux inventions de ses prédécesseurs sont le switch automatique (qui s’active lors de l’inspiration) et la pulvérisation, des fonctions qui ne sont plus utilisées aujourd’hui.

 

1ere e-cig

Premier prototype de la cigarette électronique d’Hon Lik

En 2008, la technologie utilisée par Hon Lik est obsolète et est remplacée par un système de résistances chauffantes inventé par le Chinois David Yunqiang Xiu. Il dépose le brevet pour ce système en 2009 au « Bureau américain des brevets et des marques de commerce ». Grâce à son invention, la commercialisation de la cigarette électronique, aussi appelée e-cigarette ou e-cig, peut enfin commencer.

David Yunqiang Xiu

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Vous pouvez retrouver des cigarettes électroniques dans notre magasin (Musée du fumeur) au 7 rue Pache, 75011, Paris.

Notre page FB: museedufumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

Leave a Comment